Traductions

jeudi 11 mai 2017

De la pyramide du Louvre à la pyramide sociale

Combien de ceux qui se sont réunis au Louvre pour célébrer la victoire d’Emmanuel Macron, ont-ils conscience de ce que représente socialement la pyramide ? En tout cas, en dépit de sa transparence, celle du Louvre ne le révélant pas spontanément, conscients ou non, ceux qui dansaient autour devraient s’en préoccuper, tant il est vrai qu’il soit plus que jamais indispensable que les vérités de la pyramide sociale soient clairement reconnues par chacun.

« Montrer que les intérêts de la France passent avant ceux d’un parti ; c’est comme cela que l’on peut rompre avec les vieilles habitudes politiques » proclament les vertueux, mais cela ne suffira pas. Les causes de notre situation et des polémiques sans nombre et sans fin qu’elles suscitent ne datent pas d’aujourd’hui et ne se limitent pas à la France, qui ne fait, dans une large mesure, que subir une évolution contre laquelle sont désarmés ses représentants les mieux intentionnés, les plus compétents et les plus expérimentés. Comme les autres pays, et plus encore si elle veut conserver son rang dans le concert des nations, la France doit compter avec une mondialisation inexorable, allant bien au-delà des aspects économiques et sociaux auxquels se limitent tous ceux qui la regardent se renforcer chaque jour, en croyant qu’il suffise de veiller frileusement à la sauvegarde d’un passé révolu. Dans cette nouvelle donne, notre pays est confronté au premier des dangers de la mondialisation qu’est la surpopulation planétaire, dans ses prémices et son accélération progressive, avec la menace de son déferlement partout où des frontières tombent chaque jour, quels que soient les murs et autres barrières dressées par ceux qui ignorent autant un progrès qui n’en a que faire que l’asphyxie promise par le surnombre. Sujet tabou entre tous, mais qui ne nous impose pas moins en partage son cortège d’extrémismes et autres déraisons, nés de désordres, de misères et de violences, ne faisant que traduire le désarroi des plus vulnérables, suivis d’une élite de plus en plus impuissante, faute d’une prise de conscience qu’interdisent en premier lieu ses croyances et ses utopies.

Quel état-major politique ; de quel parti sont ceux qui peuvent ignorer une situation mondiale dans laquelle le sort des nations est irrémédiablement et chaque jour davantage lié à celui des autres ? Qui peut ne pas voir que la globalisation est invincible parce que fruit du progrès, mais aussi parce qu’elle est profitable aux plus déshérités des êtres humains, qui y trouvent l’espoir d’aller soigner leurs maux là où des moyens d’information sans bornes leur apprennent que la vie est plus douce ?

Pour avoir une idée des aberrations qui masquent cette réalité, il suffit de se rappeler le comportement de la plupart des candidats à l’élection présidentielle, ayant fait sans vergogne argument des échecs de ceux dont ils briguaient la place, après avoir tout fait pour les y conduire lorsqu’ils étaient eux-mêmes dans l’opposition. Leur propre action n’a-t-elle pas alors été de réduire à néant leurs moindres initiatives ? Sans s’interroger sur les raisons pour lesquelles ils avaient dû subir le même sort lorsqu’il a pu leur arriver de gouverner. Ils ont ainsi oublié que l’opposition elle-même est un pouvoir et la légèreté avec laquelle celui-ci est trop souvent exercé, mais ils négligent surtout en permanence les fondamentaux de la société – quand ils se sont donné la peine de les approfondir, voulant à tout prix y substituer une construction dictée par leurs seules idéologies.

À quand des politiques capables de faire taire ces idéologies plus aveugles les unes que les autres, qui les fait être systématiquement contre, au nom d’intérêts partisans, pour se renier quelque temps après ? C’est ce que ne peut plus supporter une société bloquée par la vision étriquée de doctrinaires aussi intolérants qu’ignorants. Or ce changement d’attitude repose avant tout sur une parfaite conscience des raisons pour lesquelles les luttes sociales sont aussi anciennes que l’homme et dureront aussi longtemps que lui, sans pouvoir trouver d’autres solutions que de compromis. La simple observation de la pyramide sociale suffit à s’en convaincre.

Sans aller jusque-là, les électeurs semblent faire spontanément consensus ; reste à ceux qu’ils éliront à en faire autant. Mais les nouveaux élus seront-ils capables de dépasser cette profession de foi proclamée récemment par l’un d’entre eux pour aider Macron à trouver sa majorité: « libérer notre avenir français et européen de la catastrophe environnementale, de la casse sociale, de la faillite démocratique, de l’abandon des valeurs républicaines » ?


Où est l’incontournable globalisation dans cette vision d’un observateur qui tient manifestement sa lorgnette par le mauvais bout ?