Traductions

lundi 27 mars 2017

Nous allons vers l'anarchie mondialiste

Nous n'allons pas vers la démondialisation, mais vers l'anarchie mondialiste

En réponse à l'article de Nicolas Baverez récemment paru dans le Figaro, la mondialisation étant aussi irréversible que ses causes, ce n'est pas  vers la démondialisation que nous allons, mais vers l'anarchie à l'échelle planétaire.
La mondialisation est le fruit d'un progrès par définition irréversible et traduit l’enrichissement général de la société mondiale tel qu'il en résulte. Mais au-delà de ce qu'en dit Nicolas Baverez, si elle est le résultat de révolutions des technologies de l’information, auxquelles il faut ajouter celle des communications, la mondialisation puise surtout sa puissance et sa vitalité dans cette montée d’une société ouverte dont il parle. Or cette montée se poursuit inexorablement sous la poussée de la démographie et de l'activité humaine qui ne cesse d'augmenter avec elle, ne serait-ce que pour satisfaire les besoins d'une population croissant depuis que l'homme existe.
Le seul moyen d'éviter cette anarchie mondialiste et les malheurs qui l'accompagneront, toujours plus profonds, est de réguler la démographie mondiale, en vue de mettre un terme à la prolifération humaine et à la démesure des écarts de condition sociale qui en résulte.
Voir schéma ci-dessus et lire à ce sujet : Surpopulation humaine - La cause de tous nos maux.
Note concernant le schéma : Par rapport à une échelle de richesse qui va du zéro – inamovible – des plus défavorisés au maximum – sans limites – un moment donné, où se situe le plus riche d’entre tous les hommes, le positionnement de chacun s’opère à la fois par rapport à cette échelle et dans sa relativité. C’est donc dans cette relativité intemporelle, que sont précisément permises les comparaisons, entre périodes différentes.