Traductions

samedi 28 mai 2016

Luttes sociales, démographie et écologie

Durant les trois derniers siècles et notamment pendant celui qui vient de s'achever, les instaurateurs de la lutte des classes et leurs disciples ont vainement plongé l'humanité dans une monstrueuse aventure se soldant par des centaines de millions de victimes, y ayant trouvé la mort ou continuant de vivre dans une misère souvent accrue. Une telle situation et la persistance des revendications sociales les plus élémentaires ne témoignent-elles pas de l'aberration de cette lutte ? Ceux qui s'obstinent à cultiver cette archaïque pensée révolutionnaire qui prône la dictature du prolétariat, comme ceux qui les écoutent et les croient avec plus ou moins de conviction, devraient y réfléchir. C'est d'autant plus nécessaire et urgent que la prolifération de l'espèce humaine aggrave chaque jour l'état de la société, au détriment premier de ceux qui ont déjà le plus à s'en plaindre. Plus d'un milliard et demi de pauvres profonds survivent de nos jours dans l'errance ou dans des bidonvilles, des camps et des villages de fortune qui se multiplient partout sur la planète.
Mais tout se passe comme si nul n'avait encore compris, ou voulu admettre, que les inégalités sociales que certains prétendent réduire à défaut de pouvoir les éradiquer, croissent avec : la population, le progrès et l'enrichissement de la société ; ces facteurs se combinant pour animer un mécanisme inexorable, dont l'étude de la pyramide sociale rend compte.
C'est à sa suprême et légitime volonté d'améliorer sa condition, que chaque homme applique les facultés dont la nature l'a très inégalement pourvu. C'est ainsi que chacun – consommateur et/ou producteur – contribue à un progrès profitable à tous, dans tous les domaines. Et c'est de la sorte que la civilisation progresse, quel que soit le frein devant être mis à la cupidité et à l'égoïsme de certains, dans une confusion générale entre bonheur et richesse. Le progrès, précisément parce qu'il naît de la volonté de l'homme d'améliorer sa condition, ici et maintenant, poursuit sa marche envers et contre tout, avec ses hauts et ses bas, ses abus et ses insuffisances, mais accompagné d'un accroissement de la richesse de la société qui en est la première expression, quelles que soient les difficultés d'un partage équitable de cette richesse.
Alors que chacun doit reconnaître au progrès et à l'enrichissement de la société leur caractère inéluctable tout en réprouvant les conditions de leur partage, l'augmentation de la population, troisième facteur d'accroissement des inégalités sociales, est encouragée, aux motifs qu'« il n'est de richesse que d'homme » et que la vie est une force invincible. Or, quelle que soit la puissance de la vie, l'homme à la faculté d'y mettre un frein, contrairement à ce qu'il en est pour les autres espèces animales, soumises à leur seul instinct. Y compris quand l'amour ou plus communément l'intérêt s'en mêlent, l'être humain a la faculté d'y opposer la raison.
Le facteur démographique est donc le premier – voire le seul – sur lequel l'homme puisse agir, sans autre effet sur le progrès que son ralentissement, par réduction du nombre de ceux qui le servent. La dénatalité apparaît en conséquence comme le seul moyen de réduire, durablement et sans violence, les inégalités sociales et la plupart des maux de l'humanité qui en découlent. Sans compter le bénéfice résultant pour la planète et les autres espèces qui la peuplent, d'une réduction du nombre de leurs premiers prédateurs.