Traductions

jeudi 24 novembre 2016

Démographie à la COP 22

La COP 22 est terminée, finie la fête adieu le saint comme dit l’adage. La question démographique est une fois de plus passée à la trappe, en dépit de nombreux appels à y consacrer davantage d’attention que lors des précédentes éditions.

À peine le sujet a-t-il été effleuré dans des conditions et des termes toujours aussi étriqués et partisans, le réduisant à une dimension faussement sociale.
La mention qui en a été faite peut se résumer à une courte vidéo publiée sous le titre : « ENVIRONNEMENT – La 22e conférence climatique de l’ONU s’est ouverte lundi à Marrakech avec pour objectif de concrétiser les engagements pris par la communauté internationale à Paris en 2015 afin de lutter contre le réchauffement planétaire. Au menu : l’association Ennakhil, la solution du jour, la démographie africaine et la hausse de la population mondiale expliquée avec humour par le youtubeur Hugo du Tatou ».
Et c’est probablement avec cet humour annoncé qu’il a été rappelé que la population du continent africains devait doubler dans les prochaines décennies pour dépasser les 4 milliards d’habitants, et pour surtout souligner que cette population ne serait que faiblement polluante, comparativement à ce qu’il en est pour les méchants des autres continents.
Piètre soulagement, car c’est expéditivement omettre que si le continent africain est appelé à être à la fois le plus peuplé et le moins producteur de GES de la planète, ce ne peut être que temporaire, dans la mesure ou l’ambition légitime des Africains sera de bénéficier le plus rapidement possible du même niveau de vie que les autres terriens. C’est aussi ne tenir aucun compte des GES générés ailleurs qu’en Afrique, par les activités dédiées à celle-ci. Ainsi des productions des autres continents ayant pour objet de répondre à une part aussi large que possible des besoins du continent africain, que celui-ci ne sera pas en mesure de produire lui-même, en attendant qu’il soit doté des industries capables d’y remédier… en polluant comme les autres.

Il faut par ailleurs être conscients que la production des GES n’est pas le seul critère d’appréciation – loin s’en faut – des effets de la surpopulation. Il est bien d’autres manières de polluer et d’y concourir, en même temps que de contribuer à l’épuisement des ressources de la planète. Et l’Afrique ne sera pas le seul continent à voir sa population augmenter même si cela a lieu avec moins d’exubérance – avec toutes conséquences sur l’ensemble des maux que connaît le monde entier.


Il faut une fois de plus rappeler que le seul remède sérieux, viable et durable à ces maux, est une « écologie dénataliste" ; Question de population dont personne n’a sérieusement parlé à la COP 22 davantage qu’à ses précédentes éditions.

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Bonjour,
    Je suis "tombé" sur votre blog en vérifiant le référencement de mon site
    Je crois que c'est vous qui signait "Claudec" sur la pétition Cop 22 de démocratie responsable ?
    Je cherche à vous envoyer un mail, mais ne trouve pas l'adresse
    Cordialement,
    Multis/Eric

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour et merci de votre attention.
    Je suis bien le signataire des commentaires faisant écho à la pétition que vous citez. Vous pouvez m'indiquer votre adresse mail, je vous contacterai ; à défaut l'adresse de votre site, s'il permet de vous joindre.

    Cordialement

    Claudec

    RépondreSupprimer

Merci aux visiteurs qui se donnent la peine de laisser leurs commentaires et critiques.