Traductions

lundi 22 juillet 2013

Démographie sociale comparée sur 2 000 ans

Démographie sociale comparée sur 2 000 ans


La pyramide sociale : Évolution comparée du nombre de riches, de pauvres  et de représentants des classes moyennes, sur 2000 ans


20 siècles d'histoire devraient suffire à rendre irréfutable la preuve que les pauvres se multiplient inexorablement avec le temps et la croissance démographique, à un rythme nettement supérieur à ce qu'il en est pour les autres catégories sociales. La forme pyramidale de la société humaine, comme le milliard et demi de pauvres profonds qui peuplent sa base en l'an 2 000 – 6 fois la population de la terre au début de notre ère – doivent nous en convaincre, même si certains se refusent à l'évidence ou plus cyniquement relativisent, en rétorquant que dans le même temps la population totale a été multipliée par 26.


Quels que soient les arguments négationnistes, n'est-il pas dès lors aussi vain de prétendre supprimer les inégalités que la pauvreté ? Les inégalités, qu'elles soient sociales ou autres, naissent inlassablement avec chacun d'entre nous, et la pauvreté comme la richesse existent l'une par l'autre. En conséquence, les hommes réellement désireux d'améliorer durablement le sort des plus déshérités d'entre eux doivent faire acte de pragmatisme et adapter leur ambition à la mesure dans laquelle il est possible de réduire ces maux, plutôt que de se taper la tête contre leur mur, à la manière des mouches contre la vitre qu'elles ne voient pas.


Figure dans le tableau ci-dessous une simulation tentant d'évaluer la progression comparée, en nombre, de la population mondiale répartie en fonction de la richesse (ou de la pauvreté) de ses membres. Les proportions de ces populations sont celles généralement admises pour l'an 2000. Toute théorique, leur constance a été arbitrairement supposée pouvoir s'accorder avec l'augmentation de richesse globale due au progrès pendant deux millénaires, indépendamment de ce qui a pu en résulter quant à l'écart entre la base et le sommet de la pyramide sociale. Compte tenu de la controverse sur les estimations et les résultats des recensements aux époques en cause, les chiffres retenus peuvent être considérés comme des ordres de grandeur. Précisons par ailleurs que :
- La population terrestre en l'an 1 de notre ère est celle généralement attribuée à l'époque du Christ.
- La population en l'an 2 000 est celle des chiffrages communément admis à cette date, y compris le milliard et demi de pauvres vivant dans la misère extrême (moins d'un € par jour).

De tels chiffres pourraient bien entendu être soumis à expertise, mais les considérer comme possibles et non certains, n'est pas aller beaucoup plus loin dans une polémique qui ne change rien au fond. D'autant que les richesses considérables découvertes, créées et accumulées par les hommes en 20 siècles et spécialement depuis la révolution industrielle – en dépit d'un gaspillage non moins considérable – et nos conditions de vie doivent se comparer elles aussi à ce qu'elles étaient au début de notre ère. Il en résulte tout au plus des variations de pourcentage dans la répartition des populations chiffrées, ne changeant rien à la prolifération des pauvres, comparée à la croissance des populations des classes moyennes et riches.

La tendance enregistrée à partir de la fin du second millénaire, mettrait toutefois en évidence, selon plusieurs démographes, économistes et démographes, une augmentation significative de la proportion des représentants des classes moyennes, une partie de leurs membres étant déclassée vers le haut et une autre vers le bas, participant à l'augmentation du nombre de pauvres.

Expansion démographique mondiale sur 21 siècles
Populations comparées en nombre
à critères constants de segmentation de la pyramide sociale


Population terrestre
An 1
(X 1)
An 1 800
(X 4)
An 2 000
(X 24)
Progression
en nombre
An 1/An 2 000
Projection
   An 2 100
(X 40)
Total
250 millions1
  1 milliard
6 milliards2
5,75 milliards
11 milliards3
Riches - 3.7%
9,25 millions
37 millions
220 millions
210 millions
407 millions
Cl. moyen. - 26.3%
65,75 millions
263 millions
1,58 milliard
1,514 milliard
2,9 milliards
Pauvres - 70%
175 millions
700millions
4,2 milliards
4,75 milliards
7,7 milliards

1 - évaluation de la population mondiale au début de notre ère
2 - Population mondiale à l'aube du XXIème s. selon l'ONU - Dont 1,5 milliard de pauvres profonds
3 - Estimation de la population mondiale vers l'an 2 100
Nota 1- Les pourcentages retenus pour la segmentation des terriens, en riches, représentants des classes moyennes et pauvres, sont hypothétiquement fondés sur la répartition moyennement admise pour l'an 2000 par les instances publiant des données à ce sujet (ONU, B.M., INED, ONG diverses).
Nota 2 - Compte tenu des différences relevées selon les sources, et de l'approximation des chiffres fournis, ces derniers ont été arrondis par défaut


Concernant la pauvreté, il suffit d'appliquer à ces chiffres et notamment à la projection 2 100, le moindre pourcentage de réduction, pour apprécier la mesure dans laquelle il influencerait le nombre de pauvres, par simple effet de proportions.


Pour réduire la pauvreté et les inégalités sociales :
tuer les riches ou supprimer les pauvres ?


La tentation est dès lors de désigner ceux qui sont frappés par la pauvreté comme source de tout allègement significatif de la pyramide sociale, en même temps que premiers responsables de leur propre nombre et de ce qui peut être qualifié d'hérédité de la pauvreté. Quels que soient les effets de la société sur la position de chacun dans la hiérarchie sociale, chacun d'entre nous n'est-il pas avant tout l'héritier de la plus ou moins grande pauvreté (ou richesse) de ses géniteurs ?


Au demeurant, tous les pauvres ne sont pas malheureux de l'être. Mais avec les moyens d'information modernes, qui permettent à quiconque de comparer sa condition à celle d'autrui, à des milliers de kilomètres de distance et à des millions de dollars près, cette comparaison les conduit à s'intéresser à leur propre sort, autant et plus que les philanthropes et autres bonnes âmes qui s'en sont chargés jusqu'ici, avec une insuffisance flagrante, ne semblant pas concevoir que leur lutte, telle qu'ils la mènent, assure davantage la promotion de la pauvreté qu'elle change quoi que ce soit à une relativité incontournable. N'empêche que les pauvres résistent et entendent bien ne pas être sacrifiés au mieux-être général de la société. Qu'est en effet la perspective d'un allègement de la pyramide sociale, comparée au bonheur immédiat de vivre et à cet optimisme qui habitent chacun d'entre nous et lui laisse entrevoir, aux pires moments de son existence, l'éventualité de jours meilleurs ? Qu'ils se rassurent – et leurs protecteurs avec eux –, la réduction du nombre de pauvres peut résulter d'un ajustement démographique ne passant pas par leur extermination. Il s'agirait seulement de les convaincre de naître moins nombreux et de les y aider. Par cet effet purement mécanique selon lequel la pyramide croît en nombre, majoritairement par sa base, son allègement résulterait de l'effet inverse. Les classes aisées et les pays dans lesquelles ces classes sont les mieux représentées, qui tendent à "maigrir" en affichant les plus faibles taux de natalité en fournissent l'exemple. Elles sont d'ailleurs ainsi portées à refuser à leur tour leur propre sacrifice, ce qui devrait conduire la société entière à une lutte de classes toujours aussi vaine, livrée non plus au nom de la domination de l'une sur les autres mais pour la survie de chacune.


Le retour à une population mondiale mieux en rapport avec les capacités de la planète impliquerait toutes les catégories sociales ; les riches comme les classes moyennes et les pauvres, proportionnellement au nombre de représentants de chacune. En accord avec la structure immuablement pyramidale de leur société, les hommes continueraient à s'y répartir dans la même inégalité, seuls se distendant, selon les époques et la conjoncture, les écarts de richesse. L'autre effet éminemment souhaitable de telles orientations serait un moindre impact des pollueurs que sont les hommes sur l'environnement. En cela au moins, la réduction puis la stabilisation de la population générale, profiterait à tous.


Que les défenseurs des pauvres, allant jusqu'à promouvoir la pauvreté par une compassion les encourageant à se multiplier ; comme les ennemis des riches, qui considèrent que l'extermination de ceux-ci éradiquerait la pauvreté et apporterait l'égalité sociale, se fassent une raison, le salut de la société est ailleurs, il est dans un ajustement général de la population, aux ressources de la planète d'une part et aux capacités ainsi retrouvées des hommes à assumer leur propre gouvernance.

Comme déjà précisé, la prétention n'est pas ici de proposer des solutions mais de mettre en évidence une situation et d'imaginer tout au plus quelques grandes orientations pour y répondre. Laissons aux experts le soin d'entrer dans les détails, s'il n'est pas trop tard et pour autant qu'ils conviennent du défi fondamental que leur lance la pyramide sociale. De même, que les élites devront cesser de cultiver la pauvreté pour chercher à réellement la combattre. Refuser le rééquilibrage de la société par la dénatalité au prétexte que celle-ci entraînerait un vieillissement de le population et de moindres performances de la société, c'est d'abord instrumentaliser la pauvreté et reconnaître aux pauvres leur utilité, voire leur nécessité, puisque ce sont eux qui peuplent en grande majorité la pyramide sociale.

jeudi 18 juillet 2013

La pyramide sociale et la planète Terre

La pyramide sociale et la planète Terre



Après l'avoir considérée dans le temps et estimé la mesure dans laquelle 20 siècles de progrès ont influencé le nombre et la répartition de ses occupants en termes de richesses, la pyramide sociale peut être située dans l'espace, avec ce qui est son assise. Si outre leurs causes naturelles, ses déséquilibres internes sont aggravés par l'inconfort et la déraison de ses habitants, condamnés à vivre une inégalité structurelle, ils n'ont pas fait le choix du lieu sur lequel se dresse la pyramide sociale ni de son environnement. Les mouvements incessants, résultant des luttes qui se livrent à l'intérieur de cette pyramide, amplifiés par son poids en constante augmentation, peuvent par contre en ébranler les fondations et en compromettre l'équilibre au détriment, non seulement de l'humanité qui l'habite mais des autres espèces et de la planète elle-même.


Nul ne peut nier que le rapport entre l'atrophie de la pyramide sociale et son poids écologique soit devenu des plus précaires et touche de plus en plus fréquemment au catastrophique, au point que parler dorénavant de croissance est non seulement révoltant d'irresponsabilité mais d'une totale incongruité si la notion de contrôle démographique n'y est pas introduite avec la plus grande détermination.


« L’effort à long terme nécessaire pour maintenir un bien-être collectif qui soit en équilibre avec l’atmosphère et le climat exigera en fin de compte des modes viables de consommation et de production, qui ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable.» - Rapport 2009 du Fonds des Nations Unies pour la Population
« Si nous continuons dans cette voie, si nous ne faisons rien pour enrayer l'accroissement de la population, nous allons en payer le prix, nous allons nous retrouver dans un monde surpeuplé. La démographie a un impact sur le développement économique, sur l'environnement et sur les ressources de la Terre qui sont limitées.»- Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies (1997 - 2006)


Propos n'ayant qu'un faible écho comparé au succès d'une écologie aussi romantique qu'immature. En effet, dans le même temps que sont proclamées à la face du monde de telles évidences, une presse irresponsable prête davantage attention à une pétition contre le gavage des palmipèdes, exemple emblématique de la manière qu'ont les individus les mieux intentionnés de considérer un problème contre lequel ils entendent lutter, en tenant leur lorgnette par le mauvais bout. Faisant le jeu de ceux qui, par calcul, stupidité et démagogie, se gardent bien d'aller à l'essentiel, ils méconnaissent que la pratique du gavage des palmipèdes et ses abus, ne sont que la conséquence d'une demande de plus en plus importante, due non seulement à la publicité mais plus simplement à un nombre croissant de consommateurs et que c'est sur ce nombre qu'il faudrait agir, là comme en bien d'autre domaines





































Les abus commis par les hommes sont fondamentalement liés à leur nombre devenu surnombre. Les super prédateurs qu'ils sont étant privés de raison, comme le démontre leur comportement en tout, les effets du progrès qui leur est dû et de leurs inventions les plus utiles ayant systématiquement deux effets, l'un au service du bien et l'autre au service du mal. Reste à limiter le nombre de consommateurs, le reste suivra. Dans le banal exemple qui nous occupe, à moins de consommateurs de foie-gras moins d'oies et de canards à gaver ; comme à moins de pilleurs des ressources de la planète, moins de pillage ; à moins de gaspilleurs en tout moins de gaspillage, à moins de pollueurs moins de pollution, etc. Penser et agir autrement ne fait que soulager les consciences et donner satisfaction aux élites et autres pouvoirs temporels qui rêvent d’être à la tête de pays toujours plus peuplés, comme aux pouvoirs spirituels qui n’ont aucune envie qu’il en soit autrement, à commencer par l’église romaine, par dogmatisme et réaction à sa perte d'influence, et l’Islam, qui se promet de conquérir le monde par le ventre de ses femmes, polygynie aidant (déclaration de Boumedienne à la tribune de l’ONU). Les chiffres de la Banque Mondiale, rassurants, sont largement contestés, mais ce qui n’est pas contestable par contre, c’est la structure pyramidale de la société humaine et la proportionnalité qui y règne, avec sa plus abominable conséquence qu’est l’augmentation incessante du nombre des plus misérables d’entre nous.


En dépit des variations de la croissance démographique, soufflant le chaud et le froid, et de la sempiternelle annonce de son ralentissement, celui-ci semble non seulement peu probable mais quasiment exclu pour longtemps et pour de nombreuses raisons parmi lesquelles :
- La tendance observée depuis la naissance de l'espèce humaine, et plus particulièrement au cours de ses deux derniers millénaires.
- Les effets du progrès, notamment sanitaire.
- Les résultats de l'action humanitaire, continuant d'encourager les naissances et retardant la mort de tous, à commencer par les plus malheureux.
- Les conséquences dramatiques d'une inversion de la tendance en termes de vieillissement de la population et de réduction du nombre des actifs.
- L'aveuglement, l'imprévoyance et l'égoïsme des hommes, tous arc-boutés sur leurs habitudes et leurs avantages acquis – pour ceux qui ont le bonheur d'en bénéficier.
- La cacophonie régnant chez la plupart des partisans d'un contrôle démographique.
- L'opposition farouche des opposants à ce dernier.
etc.

Arguer, pour calmer les angoisses, du phénomène de "transition démographique" ne consiste-t-il pas à faire trop peu de cas de ce que pourront être les politiques des États, dans la confusion que ne manque pas d'aviver une situation politique et économique mondiale, devenant chaque jours plus inextricable. De plus, conclure sur l'hypothèse d'un demi siècle à venir n'est-il pas présomptueux, quand la simple observation de la réalité sur deux millénaires écoulés est négligée. Et il n'est pas question d'une expansion démographique telle que la population mondiale puisse atteindre un jour 12, voire 15 milliards et plus d'individus, mais de considérer plus simplement que les 10 milliards généralement admis pour la fin du siècle et les 7 déjà largement dépassés sont assez préoccupants pour avoir à s'en soucier.