vendredi 6 septembre 2013

L'avenir des pauvres

L'avenir des pauvres


Histoire résumée de la pauvreté et avenir des pauvres, par la démographie

Qui regarde loin dans le passé, peut voir loin dans le futur.

Les éléments ci-après annulent et remplacent ceux précédemment publiés sous le même titre.
Ils tiennent compte de la révision à la hausse de l'estimation de la population du globe en 2100, telle qu'effectuée notamment par l'ONU et l'INED. Voir à ce sujet : http://economiedurable.over-blog.com/article-le-retournement-des-previsions-demographique-120602366.html



Pour ceux qui refusent de concevoir ou ne parviennent pas à imaginer la société humaine comme une structure pyramidale, avec son empilement de catégories sociales sur une base dorénavant hypertrophiée, voici une autre manière de la représenter, en même temps que son évolution au cours des siècles.


Population terrestre
An 1
(X 1)
An 1 800
(X 4)
An 2 000
(X 24)
Progression
en nombre
An 1/An 2 000
Projection
   An 2 100
(X 40)
Total
250 millions1
  1 milliard
6 milliards2
5,75 milliards
11 milliards3
Riches - 3.7%
9,25 millions
37 millions
220 millions
210 millions
407 millions
Cl. moyen. - 26.3%
65,75 millions
263 millions
1,58 milliard
1,514 milliard
2,9 milliards
Pauvres - 70%
175 millions
700millions
4,2 milliards
4,75 milliards
7,7 milliards

1 - évaluation de la population mondiale au début de notre ère
2 - Population mondiale à l'aube du XXIème s. selon l'ONU - Dont 1,5 milliard de pauvres profonds
3 - Estimation de la population mondiale vers l'an 2 100
Nota 1- Les pourcentages retenus pour la segmentation des terriens, en riches, représentants des classes moyennes et pauvres, sont hypothétiquement fondés sur la répartition moyennement admise pour l'an 2000 par les instances publiant des données à ce sujet (ONU, B.M., INED, ONG diverses).
Nota 2 - Compte tenu des différences relevées selon les sources, et de l'approximation des chiffres fournis, ces derniers ont été arrondis par défaut


Il y est donc probable qu'il y aura dans moins d'un siècle, si rien n'est fait pour intensifier d'urgence les efforts engagés pour juguler la croissance démographique, 7,7 milliards de pauvres, soit 10% de plus que la population mondiale à ce jour (2013), toutes conditions confondues. Et ceci quels que puissent être les résultats de la lutte spécialement menée contre la pauvreté profonde. Pour convaincre toutes les parties prenantes à lutter pour qu'il n'en soit pas ainsi, il suffit de considérer la réduction considérable du nombre de pauvres qu'aurait la moindre réduction en pourcentage de la population globale annoncée.

1 commentaire:

  1. Bonjour. La solution est très simple mais personne ne souhaite la mettre en route et surtout pas nos dirigeants de tous bords et de tous horizons. INSTRUIRE LES PEUPLES. L'apprentissage, l'école est le début du savoir et de là découlent toutes les "bonnes" habitudes et surtout les bonnes réflexions.Il est surtout nécessaire que l'on éduque les gens dans le sens de la critique et de la réflexion. Apprendre à apprendre. Non pas dans le "formatage" ou fais ce que je te dis et ne cherche pas à comprendre.
    La terre, quoique l'on en dise, peut supporter beaucoup plus qu'aujourd'hui. Bien sûr, il est nécessaire de s'adapter. Mais ce n'est pas en supprimant les 90% de la planète comme préconise certaines autorités que nous résoudrons le problème, humainement s'entend.
    Nous devons surtout, et nous-même en premier lieu, réapprendre à ce contenter de ce que l'on a. Finie l'avidité, fini la jalousie. Sachons rester humbles et profitons pleinement de nos acquis sans courir après des effets de mode.
    Nous devons réapprendre le véritable rôle des parents qui sont et doivent rester les garants du patrimoine éducatif. L'inertie provoquée par le décalage des générations devrait calmer le jeu du "courir après toute affaire"
    Hélas, les "têtes pensantes" ne souhaitent que diriger et rendre esclave toute la masse laborieuse. Donc point d'école. Les gens ne doivent pas pouvoir réfléchir et donc réagir. Tant que nous conserverons nos élites actuelles, ne comptons pas sur un progrès dans ce sens là.
    Seule notre planète (Ou l'être supérieur qui la guide) décidera de ce que deviendra la race humaine. La nature fait très bien les choses. Nous devons avoir confiance en elle, mais surtout nous devons composer avec elle et donc l'écouter et bien sûr l'accompagner voir lui obéir.
    Rester humble, apprendre à l'être et écouter le bon sens et donc le naturel. Voilà la bonne solution. Enfin, il me semble.
    Michel

    RépondreSupprimer