vendredi 18 mai 2018

Contre la croissance démographique

Article emprunté à : https://www.populationmedia.org/


La star du sport automobile prend la tête de la course contre la croissance démographique

Leilani Munter



LONDRES (Thomson Reuters Foundation) - L'une des meilleures conductrices de voitures de course au monde, Leilani Munter, a pris la tête d'une campagne visant à réduire la surpopulation - et a promis de ne pas avoir d'enfants elle-même.
 
Munter, dont le travail comme doublure photo pour l'actrice Catherine Zeta-Jones a financé sa carrière de course, est devenue cette semaine mécène de l'organisme de bienfaisance Population Matters basé au Royaume-Uni.
 
La sportive américaine, une fois classée parmi les 10 meilleures conductrices de Sports Illustrated, a déclaré que la croissance démographique était l'une des plus grandes menaces au monde et que les femmes ne devraient pas être jugées négativement pour avoir choisi de ne pas avoir d'enfants.
 
Les Nations Unies estiment que la population mondiale augmente de 83 millions d'habitants par an, le nombre de personnes sur la planète devrait atteindre 9,8 milliards en 2050, contre 7,6 milliards actuellement.
 
"Ne pas avoir un enfant a été le meilleur moyen pour moi de réduire mon impact sur la planète", a déclaré Munter, 44 ans, à la Thomson Reuters Foundation dans une interview téléphonique mercredi.
 
"Si vous regardez les chiffres, la terre est finie, et la race humaine ne peut pas continuer à croître à l'infini avec seulement autant de ressources."
 
Les autres clients de l'organisme de bienfaisance comprennent le naturaliste David Attenborough, l'actrice anglaise Susan Hampshire et la primatologue britannique Jane Goodall.
 
Se décrivant comme une «vegan, hippie poussin» sur le site de Population Matters, Munter a déclaré que les femmes étaient sous pression pour avoir des familles, quelque chose qu'elle a combattu depuis qu'elle était à l'université et qu'elle était d'accord avec son mari.
 
Un législateur au Japon a récemment essuyé des critiques sur les médias sociaux après avoir déclaré que les femmes devraient avoir au moins trois enfants, car les femmes sans enfants risquaient de devenir des fardeaux financiers pour l'État.
 
"Nous devons normaliser le choix d'être sans enfant", a déclaré Munter, appelant à plus d'éducation sur le contrôle des naissances.
 
Les chiffres des Nations Unies montrent en moyenne que les femmes ont 2,5 enfants dans le monde, mais l'Afrique reste la région où la fécondité est la plus élevée avec 4,7 enfants par femme.
 
"Là où les femmes et les filles ont l'autonomisation économique, l'éducation et la liberté, elles choisissent d'avoir des familles plus petites", a déclaré Population Matters sur son site internet.
 
"Lorsque la taille des familles est plus petite, cela permet également aux femmes d'acquérir une éducation, de travailler et d'améliorer leurs opportunités économiques."

samedi 5 mai 2018

Un autre Marx


L’humanité a commémoré le 5 mai 2018, dans la discrétion, le 2ᵉ centenaire de celui qui a donné son nom au marxisme, dont ont dérivé tant de doctrines socio-politiques. Mais qu’en penser concernant leur incidence sur la condition humaine ? Voici en tout cas résumé un point de vue qui considère le marxisme comme la pire théorie qu’y ait jamais existée.

Avec ce romantisme rhénan que Wagner magnifiera avec tambours et cuivres, pour le plus grand plaisir du prophète d’un autre ordre, Marx a nourri sa pensée des idées révolutionnaires ayant fleuri partout dans le monde depuis que la société des hommes y règne et plus spécialement à l’époque dite “des lumières” qu’a suivi l’avènement de l’industrie et des grands moyens de communication et de propagation des idées. Et cette pensée s’est développée, en dépit – ou profitant – des désordres qui ont agité le monde depuis. C’est ainsi que le marxisme a prétendu répondre, au fil de sa dramatique histoire, à l’attente des êtres humains les plus démunis, encouragés par les héritiers de ces utopies qui font oublier à l’homme les réalités d'une condition devant tout aux incontournables hasards de la naissance de chacun. .

Portée par l’extrême misère d’un prolétariat cristallisé de fraîche date, grossi de millions de serfs vivant un autre temps aux confins de l’Europe, le marxisme a rapidement enfanté du communisme, qui suscitera à son tour, par réaction, ces autres fléaux qui perdurent en certains endroits de la planète, après notamment le fascisme du Caudillo, celui du Duce, puis le nazisme. Mais le marxisme et ses schismes n’en sont pas pour autant exempts de ce qui est reproché à ces idéologies qu’ils ont si largement contribué à faire naître et qui sur bien des points lui ressemblent.

Si la misère la plus profonde et la révolte qu’elle peut susciter peuvent être considérées comme les raisons de son avènement, il n’en demeure pas moins que le marxisme, de même que ses résultats, sont au plus haut point contestables, pour trois raisons majeures :

1° - Absence d’éthique.
La lutte des classes à outrance, avec pour objectif la prise de pouvoir par le prolétariat – qu’elle préconise comme le seul moyen de parvenir à la justice sociale – est ni plus ni moins qu’une incitation à la haine, aussi incompatible avec l’humanisme qu’ignorante des réalités de la condition humaine. La lutte des classes s’est donc traduite par des guerres civiles aux innombrables victimes, dont une centaine de millions de morts, soit davantage que ceux qu’ont provoquées les deux guerres mondiales du XIXe s. Et ces guerres civiles, fondées sur l’incompréhension, l’intolérance et la haine, perdurent en certains endroits de la planète, promettant de naître ailleurs.

2° - Dépendance, corporatisme et nouvel obscurantisme.
C’est le marxisme qui a incontestablement généré le syndicalisme avec ses dogmes aussitôt consolidés par ceux du religieux et du politique, qui ont vite opéré leur OPA, partiellement réussie comme en attestent les liens étroits existant entre les principaux syndicats d’une part et l’Église ainsi que les partis politiques d’autre part.
Ces mariages peuvent d’ailleurs apparaître comme autant d’alliances face au progrès scientifique et technique et à l’enrichissement qu’il génère, au motif qu’il contribue au développement du capitalisme. Ce qui n’empêche pas ceux qui se considèrent sans vergogne comme des progressistes, de créditer la lutte des classes des moindres avancées sociales, alors qu’elles sont avant tout le fruit de ce progrès scientifique et technique. Quoi qu’il en soit, en échange “d’avantages acquis” – dogme syndical entre tous – d’une manière ou d’une autre, le monde des travailleurs s’est vu coiffé d’un pouvoir supplémentaire, comme si ceux qu’il subissait déjà ne lui suffisaient pas, ce qui est loin de répondre à la promesse d'émancipation promise par Marx. Sans omettre que le syndicalisme, conquête de la lutte des classes livrée au nom du prolétariat, n'entretient qu'un lointain rapport avec celui-ci. 

3° - Ignorance des dimensions démographique et environnementale, inhérentes à tout processus économique et social.
L’homme est avant toute autre considération un consommateur qui par différence avec les autres êtres vivants, s’invente des besoins ; ce que Marx semble avoir ignoré, de même qu’il ne semble pas avoir conçu que si la pauvreté a pour limite le zéro de la richesse, cette dernière n’en a pas d’autres que l’appétit de ceux qui la convoitent et les ressources de la planète dont elle est tirée. Que n’a-t-il été guidé par l’évidence voulant que le meilleur moyen de priver les profiteurs de la main d’œuvre qui les enrichis, serait qu’elle cesse de proliférer et avec elle ses besoins, dont la satisfaction contribue toujours plus à l’enrichissement de la société, à commencer par celui des plus ambitieux de ses membres ? Comment ceux qui ont le plus à se plaindre de leur sort peuvent-ils au contraire être encouragés et s’obstiner à condamner leur descendance à une existence qui ne peut être que pire que la leur, en raison de leur nombre croissant sans cesse ? Mais le peuple est pour le marxisme comme pour tous les pouvoirs, un instrument dont la force s’affirme d’abord par le nombre. Pas une église, pas un parti, pas un syndicat, qui ne cherche à augmenter sa puissance par le nombre de ses fidèles, de ses membres ou de ses adhérents.

Faute de pouvoir échapper à des inégalités résultant d’un sort aveugle auquel nul être vivant ne peut échapper à sa naissance, quels que soient les aléas de son existence par la suite, ne devons-nous pas limiter notre ambition à en compenser les effets, sans pour autant vouloir la mort de l’autre ?

Plutôt que cela le marxisme, imitant tous les pouvoirs, n’a su jusqu'à son déclin qu’accroître ses troupes, fournissant ainsi à ceux qui les exploitent, un effectif sans cesse grandissant. De ce point de vue, l’analyse à laquelle se livre Marx de la population humaine n’a de réaliste et d’utile que de souligner son caractère universel, en ce sens que chacun d’entre nous est plus ou moins dépendant de tous les autres. Par contre, sa classification et son invention de l’AIR (armée industrielle de réserve), qu’il organise et représente arbitrairement, non sans ce romantisme déjà évoqué et un sens de l’organisation bien germanique, sont d’un parti-pris n’ayant d’égal que son ignorance, voire son puéril refus de la condition humaine, telle que l’illustre si parfaitement la pyramide sociale.

lundi 16 avril 2018

Des insuffisances de l’entretien Macron-Bourdin-Plenel


Une fois de plus un chef d’État zappe l'incidence de la situation planétaire sur celle de son pays et ce ne sont pas ses interlocuteurs, prisonniers de la pensée dominante et trop préoccupés de leur ego médiatique, qui l’auraient entraîné dans l’évocation d’une problématique de cette envergure. De nombreux auditeurs, dont les responsabilités l’exigent ou simplement capables de s’extraire de leur quotidien au moins le temps d’un entretien de ce genre, en serait pourtant curieux. À croire que la représentation que peut constituer une émission à caractère politique et le jeu de ses acteurs valent plus que le sort de l’humanité et celui de dizaines de millions de citoyens tel qu’il en découle.

Pourtant c'est là, bien au-delà de l’hexagone, que se situe la cause première, en même temps que la solution de problèmes aux dimensions dorénavant imposées par la mondialisation à tous les mécanismes économiques, financiers et sociaux. Et que cette mondialisation soit accusée à tort ou à raison d'avoir été un choix politique des uns ou des autres et d'être à l'origine des maux dont souffre l'économie française comme, à des degrés divers et sous diverses formes, celle de tous les pays du monde, n’y change rien. La mondialisation est là, résultat d'un progrès inéluctable – auquel chaque être humain a œuvré en tant que consommateur – s'étant notamment manifesté en matière d'information et de communication et par lequel les frontières entre les États sont tombées et continuent de le faire les unes après les autres ;les flux migratoires politiques, ethniques, religieux, climatiques, etc. en attestent quotidiennement, avec toutes conséquences sur la vie de toutes les nations.

C'est par cela que sont bousculés les schémas traditionnels auxquels continuent imperturbablement de se référer les économistes et ceux qui les écoutent ; comme si bientôt 10 milliards de terriens et la déferlante quotidienne de 280 000 êtres humains supplémentaires (soit près de 100 millions par an) était une peccadille sans incidence sur les conditions d’existence des pays, non seulement les plus pauvres – dans lesquels elle se manifeste en premier lieu –, mais sur celle des pays riches, où se déverse une part grandissante de ce surplus de population qu'ils ne sont pas préparés à accueillir, étant de plus incapables de fournir à ceux qui le composent le travail qu'ils viennent y chercher.

Il en est alors comme de l'arbre qui cache la forêt. La dette, le chômage, des croyances obscures et archaïques ; des égoïsmes identitaires et corporatistes ; le sectarisme des uns et des autres, les savants raisonnements et les indices au service de leurs seuls inventeurs, masquent l'essentiel, qu'est la démesure d'une population chaque jour plus difficile à nourrir autant qu'à gouverner, ce que chacun peut comprendre.

Quand donc un chef d’État en exercice se décidera-t-il à tenir à ses concitoyens ce langage d’adultes, plutôt que de leur promettre d’appliquer à leurs maux des remèdes qui ne peuvent être, dans un tel contexte planétaire, que cautère sur jambe de bois ?

C’est d’autant plus nécessaire que c’est aussi cette démesure mondiale qui est à l’origine des inégalités sociales que tant de bonnes intentions ont combattues au cours des siècles et qui n’ont pour autant pas cessé d’augmenter.

Avec ou sans Macron, Bourdin et Plenel, plus le temps passe plus la population augmente (1 à 7 milliards en 1 siècle et 11 milliards à l'horizon 2100) et avec elle ses besoins vitaux comme superflus et la nécessité de les satisfaire, d'où une croissance économique ininterrompue générant toujours plus de profits pour tous, à commencer par les plus riches, par simple effet d’échelle et de proportion, les pauvres se multipliant structurellement 6 fois comme ces riches. Ainsi va un progrès qui a pour effets d’accroître richesse et pauvreté, dans leur relativité, et de développer la pyramide sociale dans ses trois dimensions, dont sa hauteur, ce qui éloigne toujours plus son sommet de sa base et creuse les écarts qui en résultent, entre les catégories sociales et les individus dont elles sont faites.
Pendant ce temps-là les hommes en restent à leur quotidien surévalué ou à leurs fantasmes égalitaires, et débattent en affichant une compassion dévoyée à l’égard des plus démunis, dont la clientèle ne cesse de croître face à la prospérité de ceux qui prétendent hypocritement ou sottement les défendre.



mardi 13 mars 2018

Quand les économistes se font Diafoirus


"Nobel" ou pas, les économistes de toutes tendances se copient entre eux, sans avoir jamais contribué à réduire les inégalités sociales, objectif au service duquel devraient pourtant être mises toutes les sciences dites humaines et les disciplines qui aspirent à en faire partie, telles la démographie et la sociologie, plus proches qu’il n’y paraît de l’économie.

Au contraire les inégalités sociales ont toujours augmenté et continuent de le faire dans l'insuffisance du constat de bien des experts, compliqué d’un arsenal de formules, indices et autres raisonnement, pontifiant dans le respect des pires dogmes et tabous, dont principalement celui dont est frappé toute question de population et a fortiori de surpopulation. C’est ainsi que rares sont ceux qui conçoivent d’autres vérités que celles qui résultent d'idées toutes faites. La fameuse pensée unique exerce son pouvoir ici comme en tant d’autres domaines.

C'est ce qui les conduit notamment à ignorer, ou à négliger, que les inégalités sociales se soient toujours creusées, et continuent de le faire depuis que la société des hommes existe, dans une mesure directement proportionnelle à deux phénomènes indissociables :
1° L'augmentation de la richesse collective, telle qu’elle résulte de la croissance économique, aidée par le progrès scientifique et technique.
2° La croissance démographique, premier moteur de cette économie, du simple fait que l’être humain est avant toute autre considération un consommateur, et le pourvoyeur de tout ce qui peut contribuer à la satisfaction de ses besoins, vitaux comme superflus.

Ce qui peut se dire autrement en se référant à une pyramide sociale dont le volume est représentatif de l’importance en nombre de ses habitants. Plus ce nombre augmente, plus croît la richesse générée par les activités industrielles et les échanges commerciaux qu’entraînent les besoins de la population. Et plus croît l’enrichissement collectif qui en résulte – quelles que soient les conditions de son partage –, plus se creuse l'écart entre riches et pauvres. Pour s’en rendre compte, point besoin de formules savantes. Un calcul d’une simplicité enfantine y pourvoit et surtout, il suffit d'ouvrir les yeux et de se référer à des faits et à des chiffres incontestables, accessibles à tous : en 20 siècles la population humaine est passée de 250 millions à bientôt 10 milliards d’individus, et elle augmente actuellement de 280 000 chaque jour, soit près de 100 millions par an.

C'est à partir de la prise de conscience de cette démesure et de l’atrophie de notre société telle qu’elle en résulte, et seulement à partir de là, que des solutions réalistes et durables pourront être envisagées et appliquées pour maîtriser l’économie, réduire les inégalités, et servir au mieux les intérêts de l’humanité à travers ceux de la planète qui l’abrite peut-être encore pour quelque temps.

dimanche 4 mars 2018

La guerre et les épidémies au secours de la justice sociale ?


Dans son numéro du 3 mars 2018, “Le Point” invite ses lecteurs à méditer les propos recueillis par Thomas Mahler auprès de l'historien de l’université de Stanford, Walter Scheidel, selon qui « seules les guerres et les catastrophes ont fait baisser les inégalités dans l'histoire. ».
Il est fréquent de lire ou d'entendre “qu’une bonne guerre réglerait les problème de l'humanité”, mais il est pour le moins surprenant qu’un avis aussi sommaire puisse être partagé par un historien.

Quel que soit sa portée et son bilan mortuaire, quelle guerre ou épidémie a-t-elle jamais réduit la population humaine dans une mesure suffisante pour influencer les inégalités sociales ? Tout au plus ont-elles pu générer passagèrement un ordre de portée limitée, fondé sur de nouveaux critères de différenciation entre leurs survivants, une nouvelle hiérarchie ayant pu alors se manifester. Mais comme après toute révolution – qui n’est qu’un moyen de changer l’ordre établi par la force –, aussitôt qu’ont pris fin les événements ayant pu la perturber, la structure de la société humaine reprend inéluctablement son caractère pyramidal. Ces événements passés ; une fois que les membres de la société ont retrouvé le plein exercice de leurs fonctions premières qui sont de consommer et de produire, consommation et production connaissent un nouvel essor et l’enrichissement collectif reprend son cours, après qu’il ait été interrompu par une situation dans laquelle les destructions, tant humaines que matérielles, ont pu dépasser leur production. La population poursuit quant à elle sa croissance et la pyramide sociale son inexorable développement, par lequel son sommet s’éloigne toujours plus de sa base, en accroissant leur écart et les inégalités sociales que cet écart exprime.

S’il est vrai que certaines guerres et épidémies ont pu et pourront encore entraîner des réductions sensibles de l’effectif de la société, il suffit de se souvenir que la population humaine mondiale a incessamment augmentée depuis que l’homme existe – en dépit de son caractère belliqueux et de combats incessants, toujours plus meurtriers – et que cette augmentation est actuellement de l'ordre de 280 000 individus chaque jour (cf. estimations de l'INED), soit près de 100 millions par an, ce qui , quelle que soit l'approximation de ces chiffres, suffit pour résorber en bien peu de temps les pertes en vies humaines les plus sévères, quelles qu’en soient les causes. Sans compter qu’une épidémie ou un feu nucléaire capables d’éclaircir les rangs de l’humanité au point d'en faciliter la “régénération”, rendraient probablement notre planète impropre à la vie humaine.

Richesse et pauvreté sont des données relatives, et vouloir traiter d’inégalités au moyen d’indices fondés sur des écarts de revenus individuels (tel le coefficient de Gini), comme le font la plupart des experts, à l’instar des Piketty et Oxfam, revient aux pires amalgames, mêlant allègrement rémunération du travail et du capital, patrimoine et revenu, à des époques et en des lieux où ces notions peuvent aller jusqu’à être ou avoir été sans le moindre rapport avec l'idée que nous nous en faisons de nos jours. Qu’ont de comparable, sinon dans leur relativité, la richesse comme la pauvreté de populations différentes à des siècles, voire à des millénaires, de distance, ou des actuels pays les plus pauvres par rapport aux plus avancés ? Qui peut prétendre que la notion de revenu ait le moindre sens pour les deux milliards d’être humains disposant quotidiennement, aujourd'hui, de moins de deux dollars pour survivre ?

Pour plus de précisions, lire “Précis de pyramidologie sociale”.

jeudi 25 janvier 2018

Humanisme et robotique

Nous sommes désormais, irrévocablement entrés dans l’ère de la robotique. Pour évoquer le seul “C” des NBIC1, après avoir conquis des pans entiers de l’industrie partout les robots investissent notre quotidien. D’abord affectés à des tâches parcellaires et hautement spécialisées, ils peuvent en accomplir chaque jour de plus en plus nombreuses et complexes, dans tous les domaines, et ce sera finalement le cas des plus au moins ingrates.

Or la discrétion la plus grande règne, dès lors qu’il s’agit de savoir ce qui en résultera pour la multitude humaine que les robots remplaceront et qui n’en continue pas moins de proliférer et de réclamer les emplois lui permettant de vivre et d’élever sa progéniture.

Au mieux, de doctes experts nous rassurent en rappelant ce qu’il en a été lors de l’automatisation du métier à tisser tels, très récemment, ce consultant en économie d’une grande chaîne d’information. L’objection qui fit taire les canuts fut que cette automatisation de leurs tâches, serait créatrice de nouveaux métiers ; et cette promesse a été tenue. Il a fallu de nouveaux concepteurs, ingénieurs, entreprises et sous-traitants, avec de toujours plus nombreux employés et ouvriers de tous niveaux et qualifications pour produire ces équipements d’un nouveau genre. Mais faire l’amalgame avec l’avènement de la robotique relève benoîtement du n’importe quoi et donne une idée peu rassurante du sérieux avec lequel la question est considérée par au moins une partie de nos élites.

Les robots de demain sauront en effet, non seulement accomplir les tâches les plus diverses, mais ils seront capables de veiller à leur propre état de santé ; diagnostiquant leurs pannes, y remédiant, ils sauront même, avec l’aide de l’intelligence artificielle, concevoir et fabriquer leurs propres remplaçants, toujours plus performants. Ce seront alors toutes les activités qui pourront se passer des hommes, ce qui posera en termes inédits la question de leur emploi, ou plus exactement de leur non-emploi. De quelle manière, dans quelle mesure, de tels résultats leur profiteront-ils ? Se satisferont-ils, après s’y être eux-mêmes condamnés, de regarder les robots se multiplier davantage qu’eux-mêmes et produire encore plus qu’ils ne l’auraient jamais fait, – non sans accélérer l’épuisement des ressources de la planète ? Qu’adviendra-t-il d’eux-mêmes, après qu’ils auront délégué leurs tâches jusqu’à se dessaisir de leur programmation, ce qui reviendra à s’en remettre à l’intelligence artificielle – par principe illimitée – des robots ?

Par une autonomie qui le rendra apte à se réparer, à se perfectionner et à se reproduire par ses propres moyens, le robot deviendra un acteur à part entière de l’industrie et du progrès. Affranchi de la tutelle de son créateur, à quand le syndicat de robots, revendiquant l’insertion de ses innombrables membres dans la pyramide sociale, pour y reconstituer l’effectif des syndicats de travailleurs humains dont ils auront accéléré le dépeuplement ? Se contenteront-ils alors de loger à sa base, indifférents à la richesse matérielle ? En résultera-t-il un surclassement social des êtres humains, dans l’oisiveté ? En substituant leur peuple à celui des humains, les robots sauront-ils accomplir au bénéfice de ceux qui y ont toujours échoué, leurs aspirations suprêmes : n’être plus condamné à travailler et éradiquer la pauvreté ?

Dotés de facultés leur permettant de comprendre les enjeux d’un conflit avec leurs créateurs et de réagir en conséquence, les robots ne seront-ils pas tentés de les soumettre par une intelligence qu’ils développeront sans limites, parce que dénuée des sentiments qui bornent celle de l’homme ? « … un robot sera sans doute capable un jour de concevoir et fabriquer un autre robot en vue de satisfaire ses propres besoins, privant l’homme de sa spécificité d’asservisseur des choses et de ses semblables. Google travaillerait déjà à un protocole de neutralisation d’intelligences artificielles devenues incontrôlables2. »

Autant de raisons de se demander si l’humanité aura le temps et les moyens de répondre à ces défis dans l’urgence qui s’impose. Faute de cela, les conséquences de son aveuglement ne se limiteront pas à subir la répartition de la population à l’intérieur de la pyramide sociale, mais placera cette dernière, toutes catégories sociales confondues, sous contrôle d’un nouveau pouvoir absolu, aux intentions imprévisibles pour l’homme.

À supposer que l’effondrement de notre civilisation n’ait pas eu lieu avant d’en arriver là ; à condition que l’espèce humaine échappe au sort de celles dont l’existence est interdépendante au sein de la biosphère – « Partout, les écosystèmes sont menacés, et rien ne semble pouvoir enrayer la tendance. Alors que les pressions humaines sur l’environnement ne cessent de s’aggraver, plus de la moitié du vivant, parmi les vertébrés, a disparu ces quarante dernières années. C’est sur ce nouveau constat alarmant que s’ouvre la onzième édition du rapport Planète vivante, un vaste bilan de santé de la Terre et de sa biodiversité, publié jeudi 27 octobre 2016 par le Fonds mondial pour la nature (WWF)3 » – ; pour autant que les technologies d’un coût prohibitif, nécessaires à l’avènement du transhumanisme ne viennent pas à lui manquer, dans le meilleur des cas et le meilleur des mondes, il restera peut-être à l’homme la religion, les loisirs, les arts et les sports… pratiques désormais non lucratives et gratuites pour tous. Mais que restera-t-il de l’humanité et d’une planète qu’elle aura fini de dévaster avec l’aide des robots ?

1— N pour Nanotechnologies, B pour Biotechnologies, I pour Informatique, C pour cognitivisme (intelligence artificielle) – La révolution transhumaniste – Annexe, page 240 – Luc Ferry – Editions Plon avril 2016
2— “Demain, un droit spécifique pour les robots ?” – Belaud Théo, – Futurible, Note de veille du 24 novembre 2016
3— Le Monde, 27.octobre.2016

samedi 20 janvier 2018

Cause première et évolution de la pauvreté dans le monde

La pensée dominante et la compassion sommaire qu’elle véhicule se soucient bien peu des causes profondes des maux qu’elles prétendent combattre, comme elles n’ont que faire des grands mécanismes démographiques structurant la pyramide sociale en multipliant les pauvres 6 fois plus vite que les riches. Il n’est donc pas inutile d’en présenter ci-après une autre idée, dénuée tout autant d’idéologie que de ces savants calculs, indices et coefficients dont usent des observateurs davantage inspirés par leurs sentiments que par les faits, au risque d’aggraver le sort des plus démunis.



Les pays pauvres, à protection sociale faible, voire quasi inexistante, sont conduits à la surnatalité du fait que leurs anciens ne peuvent compter que sur leurs proches plus jeunes, pour être assistés, comme le plus souvent les malades pour être soignés. En conséquence, plus la famille y est nombreuse mieux elle est en mesure d’assumer ces fonctions sociales de base, et ceci d’autant que des taux de mortalité infantile élevés règnent encore dans nombre de ces pays. C’est ainsi que la société y est régie par des règles sociales ancestrales vécues comme une fatalité, et que la pauvreté peut y être considérée comme cause de surpopulation, dans un environnement économique générant une richesse collective insuffisante pour qu’il en soit autrement sans aide extérieure ; sans parler de croyances, idéologies, traditions, mœurs et intérêts y faisant souvent obstacle.

Pour les pays développés, dont les citoyens bénéficient d’une couverture sociale moderne, la question se pose en d’autres termes. S’agissant de financer durablement des soins et allocations diverses ayant notamment pour buts de soutenir une natalité répondant aux besoins de leur développement économique et de garantir le meilleur niveau de vie possible à ceux qui ne sont plus en âge de travailler, la réponse est dans un équilibre entre cotisations et pensions, donc entre cotisants et pensionnés ou naissances et décès. À la différence des pays pauvres, ceci est permis par une richesse collective élevée, qui ne cesse d’ailleurs de croître jusqu’à atteindre la démesure.

Contrairement à ce qu’il en est pour les pays pauvres, la pyramide sociale des pays riches se développe verticalement, au point que c’est leur enrichissement collectif qui développe leur pauvreté (relative), par l’accroissement incessant des écarts entre pauvres et riches. Mais dans un cas comme dans l’autre, si la pauvreté a la base de la pyramide sociale (niveau zéro de la richesse) pour limite, cette même richesse n’en connaît pas d’autres que celle des ressources de la planète et la voracité insatiable de ceux qui la convoitent et qui, quand ils ne sont pas les riches d’aujourd’hui, seront ceux de demain. Et quand leur démographie n’assure plus le renouvellement de la population des pays riches, celle des pays pauvres y supplée, ce qui explique en grande partie des flux migratoires chaque jour plus importants, charriant leur misère avec eux. Transfert d’une main d’œuvre compensant les déficits des uns en résorbant une partie de la surpopulation des autres.


Trop nombreux sont les observateurs qui ne tiennent pas compte de ces différences capitales entre pays pauvres et pays riches, et négligent le fait qu’elles se manifestent dans un monde globalisé. Leur idéologie étriquée s’y refuse, préférant l’amalgame et persistant à ignorer, voire à nier, les conséquences d’une démographie planétaire galopante. Ils négligent ce faisant l’incidence d’une perméabilité sociale des états allant croissant et faisant qu’aucun pays n’échappera au creusement des écarts de richesse, dans une pyramide sociale mondiale unique et atrophiée par sa surpopulation et l’atteinte d’un niveau de richesse collective vertigineux.

Il en est comme si tous les obscurantismes religieux et politiques se liguaient avec la cupidité, l’égoïsme et l’ignorance, pour encourager partout dans le monde le développement de la pauvreté, dont le premier indicateur est le nombre de pauvres. Car que le développement de la pyramide soit vertical ou horizontal, ou une combinaison des deux, ne change rien à la relativité de notre condition sociale, ni aux pourcentages selon lesquels la population globale se répartit (mathématiquement 14 % de riches pour 86 % de pauvres), avec toutes conséquences sur l’augmentation comparée du nombre des uns et des autres.






dimanche 14 janvier 2018

L’homme est avant tout un consommateur

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à entendre, surtout quand elles heurtent l’idée que nous avons de nous-mêmes. C’est ainsi que nous préférons ignorer qu’avant toutes opinions, croyances et autres considérations, l’homme est un consommateur*. Il est même permis de se demander si, porté par cet insatiable besoin d’améliorer sa condition et celle de sa descendance – ce qui le distingue le plus des autres espèces animales – l’homme met l’économie au service de sa vie ou sa vie au service de l’économie. N’est-il pas curieux d’observer en effet que les sociétés structurées, depuis celles des fourmis ou des abeilles jusqu’à celle des humains, sont moins organisées dans l’intérêt et le respect de la vie de ceux dont elles sont faites que dans le but d’augmenter constamment leur richesse ? Concernant la société des hommes, il suffit de considérer ses dépenses d’armement et de santé, respectivement de 8,5 à 9 % et de 2,5 à 3 % du PIB mondial 2016, pour s’en rendre compte.

Par ailleurs, s’agissant de celles de santé, ces dépenses dont l’objet est la protection de la vie et l’allongement de sa durée, sont révélatrices d’un “marché”, avec sa demande émanant d’une population croissant sans cesse, et son offre, faite de produits, équipements et services y répondant depuis et même avant la naissance de chaque consommateur jusqu’à sa mort, y compris cette dernière, le marché du funéraire étant tout sauf anodin.

C’est ce qui explique que l’homme soit le premier prédateur de la planète, avec pour corollaire le mercantilisme et ce qui peut en résulter chez certains, en termes vénalité. Et ceci n’est pas l’apanage des riches. Les besoins des hommes, qu’ils soient vitaux ou superflus, innés ou inventés, sont inversement proportionnels à la richesse de chacun. Qui sont en effet, ceux qui ont le plus à demander à la vie, sinon ceux qu’un sort aveugle a fait naître nécessiteux ? Qui sont ceux que les hasards de leur naissance les ayant condamnés à être des consommateurs rationnés, ont pour première ambition d’augmenter leur ration ?

C’est ce “toujours plus” qui conduit l’homme, depuis qu’il existe, à chercher et cultiver une richesse arrachée sans discernement à la planète qui l’abrite. Mais il faut penser que c’est cet appétit qui a valu à l’humanité entière le progrès et l’amélioration de sa condition au cours des siècles, quel que soit le prix payé pour cela par son habitat qu’est la Terre et l’inéquité d’une répartition qui doit à la structure incontournablement pyramidale de la société, infiniment plus qu’à l’égoïsme ou au marasme des uns et des autres.

Trop facile de “cracher dans la soupe” – avec pour seul résultat qu’elle en devienne immangeable pour tous – en s’imaginant qu’il suffise pour y changer quoi que ce soit, de gémir sur son propre sort et pour se donner bonne conscience de compatir à celui de plus pauvre que soi ; le comble étant de se plaindre en s’identifiant aux plus miséreux, tout en encourageant la prolifération d’une espèce dont les pauvres (relatifs) se reproduisent à une vitesse qui est 6 fois celle des riches.

Dans de telles conditions, seule la charité, ou la solidarité, qui n’en est que le nom laïcisé, peuvent pondérer les effets d’une structure sociale inexorable. Mais encore faudrait-il, pour être efficaces et durables, que leur manifestation première soit d’encourager et d’aider tous les hommes à limiter et stabiliser leur nombre. Qui se plaindra que ce faisant le nombre de pauvres diminue plus que celui des autres catégories sociales, sachant que la naissance de chacun est une condamnation à vivre – sauf rarissime exception –, le sort de ceux qui lui ont donné la vie. D’autant que les besoins des plus démunis ont d’autant moins de chances d’être pleinement satisfaits que leur nombre croît, quels que soient les efforts de frugalité qui puissent être obtenus de ceux qui consomment le plus. À quoi sert de réduire la consommation de 7, 8 ou 9 milliards d’être humains aujourd’hui, quand leur population est vouée à dépasser les 11 milliards dans moins d’un siècle, dans un monde aux ressources nécessairement limitées et déjà largement réduites ?



* « Tout être humain est avant toute autre activité ou toute autre opinion un consommateur » (Gaston Bouthoul in Traité de sociologie, tome II, p. 180 - Payot 1968.)

Lire : “Précis de pyramidologie sociale”

vendredi 5 janvier 2018

Pyramidologie sociale - Méthodologie

À l’intention des visiteurs de ce blog, curieux de comprendre sur quoi repose précisément la démarche de son auteur.

Définition de la pyramidologie sociale
À partir de faits et chiffres observables par quiconque et de la représentation pyramidale de la société humaine, la pyramidologie sociale fait la synthèse de la relation existant entre démographie, économie et richesse de la société. Elle met en évidence le caractère incontournable – et pourtant rarement évoqué par les experts en sciences humaines –, de cette relation, ainsi que ses conséquences sociales et environnementales.

Pré-requis
- Voir par ailleurs, sur ce blog :
https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/2017/11/pauvrete-et-richesse-essai-de.html
où il est notamment souligné que la dimension matérielle la richesse n’en ignore pas d’autres tout aussi importantes – notamment intellectuelle et spirituelle –, dont il peut être déploré qu’elles soient reléguées à l’arrière-plan de celle sur laquelle se fonde majoritairement la hiérarchie d’une société en déficit d’humanisme.
Quoi qu’il en soit :
- Richesse et pauvreté – en tout – existent et se définissent l’une par l’autre comme relatives.
- Chacun est le pauvre, ou le riche, de plus riche ou de plus pauvre que soi.
- Si la pauvreté a une limite qui est le niveau zéro de la richesse, cette dernière n’en a pas d’autres que les ressources de la planète et l’appétit de ceux qui la convoitent – très inégalement –, animés par ce qui distingue l’homme des autres espèces animales : son irrépressible désir d’améliorer sa condition et celle de ses descendants.

Nota - Pour des raisons de simplification, il est conventionnellement admis que la pyramide soit représentée par un triangle, comme la sphère peut l’être par une circonférence ; le même souci de simplification expliquant le lissage des représentations schématiques qui suivent


- Catégorie sociale, qu’est-ce que c’est ?
Alors que les “classes sociales” regroupent les individus dans une logique de différenciation, voire de lutte, par niveaux de vie, de pouvoir d’achat, de revenu, avec éventuelle référence à leurs catégories socio-professionnelles (CSP), les “catégories sociales” se positionnent objectivement par rapport à une échelle de richesse globale de la société.




- Richesse globale, ou collective, de la société : Somme des richesses matérielles et immatérielles, naturelles et résultant de l’ensemble des activités et autres apports de tous les membres de la société. Quelle que soit son importance, cette richesse globale est par définition, en bonne logique, en toutes circonstances et à toutes les époques, égale à la richesse moyenne par individu multipliée par leur nombre et inversement ; ce qui autorise à la rapporter à la société ainsi qu’à la pyramide qui en est la représentation.


- Échelle de richesse : À partir de la relation richesse/population évoquée ci-dessus, une représentation de la richesse globale peut être associée à la pyramide sociale, sous forme d’une échelle graduée allant d’un niveau zéro coïncidant avec sa base jusqu’à un maximum sans limites, coïncidant avec son sommet, lui-même mobile et croissant sans cesse.




Parts de richesse globale par catégories sociales- Le volume de la pyramide sociale étant conventionnellement admis comme représentatif du nombre total de ses occupants, les pourcentages indiqués dans les schémas illustrant ce blog, expriment le rapport entre la population de chaque catégorie sociale et la population totale ; la part de la richesse globale revenant à chaque catégorie sociale correspondant aux divisions de l’échelle de richesse collective. C’est ainsi qu’est démontré que dans une partition de la société en deux catégories sociale (riches et pauvres), la moitié de la richesse collective échoit à 14 % de la population et l’autre moitié à 86 %. Le calcul relève de la même logique quel que soit le nombre de catégories sociales considérées. Il ne reste plus dès lors qu'à appliquer ces pourcentages à la population totale du moment pour connaître l'importance en nombre de chaque catégorie sociale dont elle est faite ...




... et se livrer à quelques comparaisons, entre époques par exemple.


... ou populations ainsi que segmentations diverses.