Traductions

lundi 23 décembre 2013

Il n'est de richesse que d'hommes

Quand le taux de pauvreté dans le monde aurait été réduit de moitié en vingt ans, "taux de pauvreté" et "pauvreté" n'ont pas la même signification, d'autant que outre les variations de valeur des monnaies – et du dollar en particulier –, le revenu minimum estimé des pauvres profonds varie, selon les sources, de 1 dollar à 2 dollars/jour, ce qui va tout de même du simple au double. Si ce revenu de référence peut être ajusté, la pauvreté elle, ne baisse pas ; elle augmente au contraire inexorablement ; quelle que soit l'aune à laquelle elle est mesurée, elle s'adapte à la démographie.

Pauvreté et richesse, sont des discriminants sociétaux, structurels et mécaniques, aussi relatifs qu'incontournables ; et les inégalités de toutes sortes qui en résultent viennent s'ajouter à celles pouvant être qualifiées de naturelles et qui sont les premières à distinguer les individus les uns des autres.

En occident comme ailleurs, dans les pays développés comme dans les autres, la société des hommes est, a toujours été et sera jusqu’à sa fin, faite d’inégalités. Comme les riches y sont plus rares que les pauvres, l’exception s'y distingue de la généralité ; le pouvoir du peuple, la force de la faiblesse, l’intelligence de la sottise, le savoir de l’ignorance , etc. ; dans tous leurs aspects. Et plus les richesses augmentent – qu’elles soient d’ordre matériel ou immatériel –, plus s’accroît l’écart entre le sommet d'une pyramide sociale qui n’a pas d’autres limites que l'ambition et les capacités de la planète avec, à l’opposé, une base inamovible reposant sur la pauvreté absolue et l'indignité, dernier état de la condition humaine.

A l'appui de cette réalité structurelle, il existe des chiffres et un mécanisme vieux comme le monde, dont il serait grand temps de prendre clairement conscience, pour tenter de secourir durablement les plus nécessiteux d’entre nous : À l’aube de notre ère, la Terre était peuplée d’environ 250 millions d’êtres humains. Elle en compte plus de 7 milliards aujourd’hui, dont 1 milliard à 1 milliard et demi vivraient un état de pauvreté profonde. L’homme moderne a ainsi créé, en 20 siècles, 5 fois plus de miséreux qu’il y avait d’êtres humains de toutes conditions sur terre au début de son entreprise civilisatrice.
Chaque jour, plus de 220 000 individus s'ajoutent à la population terrestre, qui devrait atteindre 9 milliards vers 2050 et dépasser 11 milliards au début du prochain siècle. Par l'effet de la structure de la société et du sort qui les a fait naître tels qu'ils sont, encouragés par des taux de natalités les plus élevés, les pauvres – qui ne peuvent enfanter que des pauvres – représentent la grande majorité de ces nouveaux arrivants et vont s'ajouter à ceux qui occupent déjà la base de la pyramide sociale. Et c'est ainsi qu'il résulte de ce qui précède :
- Que pauvreté, inégalités, pillage des ressources naturelles sont autant de maux contre lesquels les politiques environnementales, économiques et sociales des États, comme des collectivités qui les composent, ne peuvent avoir de sens que si sont pris en compte les fondamentaux de la démographie mondiale et les problèmes de surpopulation qu'elle génère inexorablement, au détriment d'une planète mutilée de toutes parts et par voie de conséquence, des espèces qui la peuplent.
- Que si la pauvreté augmente, si les inégalités se creusent, si les désordres et les violences se multiplient, les raisons en sont avant tout l'accroissement considérable de la population et celle de la richesse globale qu'une partie de cette même population génère par son activité, avec l'aide des sciences et des techniques, quelles que soient les conditions du partage de cette richesse.

La croissance démographique – sujet tabou que trop peu d'experts osent aborder – est à l'origine de tous nos maux et en particulier du développement de la pauvreté. Et ceux qui, dans de grands élans de générosité inspirés aussi bien du marxisme que du christianisme et autres doctrines et idéologies ayant toutes prouvé leur impuissance dorénavant bi-millénaire, veulent imposer la dictature du prolétariat ou pour le moins leur vision compassionnelle de cette pauvreté, sont en réalité, par incapacité de concevoir ou refus d'affronter la réalité, les promoteurs de cette dernière, au détriment premier de ceux qui en souffrent. Croyant ou prétendant lutter pour ces derniers, ne s'obstinent-ils pas à entretenir une lutte des classes dont les avatars prouvent dorénavant l'archaïsme ? Ne sont-ils pas davantage préoccupés – dans leur impuissance –, à rejeter sommairement sur la seule collectivité, la responsabilité du destin des pauvres que du partage des richesses du monde ? Ne négligent-ils pas ce faisant, la part prépondérante qui en incombe à chacun, pauvres compris ? Quel que soit le sort de chacun, il est d'abord dû à sa naissance, et vouloir l'ignorer ne fait que retourner l'angoisse et la colère des plus déshérités contre eux-mêmes, les enfonçant toujours plus dans leur condition en perdant de vue qu'elle est avant tout héréditaire. C'est par conséquent sur ce terrain qu'il faut la combattre, en luttant contre les effets d'un nombre puis d'un surnombre qui nous éloigne chaque jour un peu plus du bonheur auquel nous aspirons.

"Il n'est de richesse que d'hommes"
Mais de quoi est faite exactement cette richesse ? Au prix de quelle misère et avec quelles perspectives ? Qui en fait les frais ? À qui profite-t-elle ? De quel respect, de quelle considération l'Individu est-il l'objet, dans une telle affirmation ?

Dans une société plus désireuse de voir croître le nombre de ses membres que préoccupée par le sort dont chacun hérite à sa naissance, autant de questions que porte à se poser la simple observation de quelques chiffres et schémas incontestables.

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Indiscutablement vous avez 1 milliard de fois raison.
    Une petite pensée que j'utilise souvent: "Si nous parvenions à stabiliser la population humaine mondiale, plus personne ne mourrait de faim car les besoins en nourriture, eau, logements, vêtements,... seraient aussi stabilisés, il ne resterait plus qu'à améliorer le niveau de vie des plus pauvres tout en respectant la biodiversité planétaire."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire encourageant, alors qu'il y a tant à faire pour sortir la société d'une torpeur – pour ne pas parler d'impavidité – cultivée par des idéologues et doctrinaires regardant le monde par le petit bout de leur lorgnette, ou, ce qui est plus inquiétant encore, se murant dans le silence dès que sont abordés les questions de surpopulation et de dénatalité.
      Vous écrivez à juste titre « si nous parvenions ... », mais le problème est que pour parvenir il faudrait vouloir et avant cela être conscients de la réalité de notre sort, tel qu'il se lit de manière si évidente dans l'accroissement accéléré de la population mondiale. Or les hommes – élite en tête – vont leur chemin, le nez dans le guidon ; exclusivement préoccupés d'un quotidien dont ils semblent trop stupides pour percevoir l'aboutissement pourtant inéluctable.

      Supprimer

Merci aux visiteurs qui se donnent la peine de laisser leurs commentaires et critiques.